lundi 12 juin 2017

Message à l’issue du 1er tour des législatives

Au premier tour des législatives dans la 5e circonscription du Val d’Oise, la candidate de La République En Marche, Fiona Lazaar, est arrivée nettement en tête, suivi du député sortant, Philippe Doucet. Quant à moi, je n’ai pas obtenu le score que j’avais espéré.
Avant de vous livrer quelques réflexions sur ce résultat, je tiens à remercier tous les électeurs qui m’ont accordé leur confiance en votant pour moi. Je veux aussi saluer l’engagement des personnes qui se sont mobilisées autour de ma candidature et qui, pendant cette campagne, n’ont compté ni leur temps ni leur énergie. Je remercie aussi bien évidemment ma suppléante, Colombe Quenum, qui s’est engagée à mes côtés.
Malgré cette belle mobilisation, notre projet n’a pas assez convaincu. Je respecte le verdict des urnes qui fait donc s’affronter une candidate fraîchement engagée en politique et dont le mouvement auquel elle appartient n’a pas, à mon sens, de projet clair si ce n’est d’entériner tout ce que le gouvernement proposera, et le député sortant dont le bilan n’a visiblement pas satisfait le plus grand nombre puisqu’il arrive en 2e position seulement malgré une débauche de moyens de propagande.
Sur le fond, aucun des programmes des deux candidats ne me paraît satisfaisant. Sur les sujets essentiels (famille et bioéthique notamment), tous deux ont des positions ou une absence de réflexion qui me semblent dangereuses pour le devenir de notre société. Je ne peux donc me prononcer en faveur d’aucun des deux.

Je terminerai en signalant des méthodes peu honorables qui ont été à l’œuvre pendant la campagne. Par exemple, un tract anonyme a circulé, distribué notamment par un militant de l’équipe de M. Doucet, attaquant la municipalité en insinuant qu’elle avait pris des mesures contre les intérêts des Argenteuillais de confession musulmane et soulignant les facilités accordées par la précédente majorité municipale (celle de Philippe Doucet, alors maire). Le tract que vous trouverez ci-dessous invite à voter pour… Philippe Doucet, le « facilitateur » (sic).
De plus, je déplore le marchandage électoraliste qui occulte le débat de fond.
Attiser et renforcer le communautarisme ou bien promettre des facilités en contrepartie d’un vote, c’est loger à la même enseigne la politique et le clientélisme, c’est faire primer l’intérêt particulier sur le bien commun.


Des pratiques que je ne puis tolérer.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire