jeudi 8 juin 2017

Nos anciens

Il est rarement question des enjeux des personnes âgées dans les débats politiques et en particulier dans cette campagne pour les élections législatives. Les sujets de préoccupation de nos anciens et de leurs familles et la question de leur place dans la société ne semblent pas constituer une priorité. Or dans un pays où le vieillissement de la population est une réalité, il serait temps de les prendre en considération.


Garantir des conditions de vie décentes

Le Président de la République, Emmanuel Macron, a fait part de son intention d’augmenter la CSG afin de financer des augmentations de salaire. La belle affaire pour les retraités dont les pensions, déjà peu élevées, vont être affectées ! Il faut au contraire préserver les pensions de retraite, a fortiori les plus faibles pour garantir un niveau de vie convenable aux retraités.
Par ailleurs, je souhaite revenir sur la suppression de la demi-part fiscale aux parents isolés ou veufs ayant eu un enfant. Je veux également revenir sur l'imposition de la majoration de 10 % pour les personnes ayant élevé trois enfants. Ces mesures fiscales injustes ont rendu imposables des retraités qui ne l'étaient pas auparavant et ont même privé certains d’aides auxquels ils avaient préalablement le droit.

Permettre l’autonomie maximale

Le grand âge est souvent confronté à la perte d’autonomie. Se pose alors le problème de la prise en charge au quotidien. Sur le marché du travail, on constate que le secteur de l’aide à domicile est en tension. On a beaucoup de mal à recruter des personnes formées. Les établissements qui accueillent les personnes dépendantes pratiquent des tarifs prohibitifs.
Pour respecter le désir de rester chez soi le plus longtemps possible, je souhaite favoriser et accélérer la formation de personnes dédiées à l’aide à domicile pour les personnes dépendantes. L’accompagnement des familles et des aidants doit être plus structurées pour que l’entourage des personnes âgées dépendantes se sente véritablement épaulé dans les moments les plus difficiles à gérer.

Créer des ponts entre les générations

Parce que, fort heureusement, nous vivons plus longtemps en bonne santé, les anciens peuvent être très actifs. L’expérience de vie qui est la leur doit être mise au service de la collectivité et notamment des plus jeunes. Le dialogue inter-générationnel peut prendre diverses formes. Je pense notamment à des initiatives qui permettent aux anciens qui le souhaitent d’aider des enfants dans les dispositifs d’aide aux devoirs ou pour les jeunes diplômés, de faire du coaching pour trouver un emploi.

Si vous me faites confiance pour m’élire député, je m’engage à lutter contre la précarité des retraités, à favoriser l’emploi dans le secteur de l’aide à domicile et à encourager toutes initiatives qui donnent leur juste place à l’expérience de nos anciens pour le bénéfice de tous.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire