lundi 5 juin 2017

Vidéo n°6 "la sécurité"



"La sécurité" Franck Debeaud candidat aux élections législatives 5e circonscription du Val d'Oise Argenteuil / Bezons

Bonjour, 

Aujourd’hui je voudrais vous parler de sécurité. Qu’il s’agisse de la sécurité au quotidien, dans la rue, dans les transports, ou qu’il s’agisse de la lutte contre la radicalisation et le terrorisme islamiste, il faut agir vite et efficacement.
En matière de délinquance, les médias donnent souvent une mauvaise image de villes de banlieue comme Argenteuil ou Bezons. Il y a pour beaucoup une part d’exagération mais il ne faut pas nier qu’il existe des problèmes de sécurité. J’en veux pour preuve l’agression récente d’une collégienne de Bezons en chemin pour son cours de sport. Pour casser la délinquance existante et pour agir dans un esprit de prévention, je veux rétablir une vraie police de proximité, avec plusieurs exigences : 
- Que les agents soient bien présents sur le territoire, qu’ils connaissent bien leur quartier et qu’ils soient affectés sur un temps suffisamment long pour et être connus et reconnus par les habitants 
Les attentats de janvier 2015 et ceux qui ont suivi nous ont fait prendre conscience, dans la douleur, que la radicalisation islamiste n’était pas un phénomène lointain, réservé aux pays en guerre. Pour mettre en œuvre un plan de lutte anti-terroriste, il faut avoir une vision globale de la radicalisation et ne pas traiter uniquement dans l’urgence et pour le court-terme. Il faut aussi que cette politique soit intransigeante. C’est à la fois une question :
• D’éducation. À l’école de la République, tous les enfants doivent avoir leur chance de réussir et doivent se sentir héritiers de notre patrimoine commun ; notre culture et notre histoire. C’est là que l’on doit transmettre l’amour de la France.
• De coordination police/gendarmerie/douane/justice/armée. Il faut que tous les services de l’état qui travaillent à la lutte anti-terroriste communiquent mieux et plus vite entre eux. Bien sûr avec des moyens humains et matériels à la hauteur des enjeux. Ce travail implique aussi une meilleure coopération internationale et un rétablissement de nos contrôles aux frontières.
• De suivi social Les familles dont un membre pourrait partir ou est parti faire le jihad ont besoin d’être mieux entourées. Le retour de Syrie ou d’Irak de ces personnes doit être très encadré et pas uniquement d’un point de vue judiciaire, à la fois pour leur réinsertion si elle est possible et pour la sécurité de tous.

Si vous me faites confiance pour m’élire député, je m’engage à proposer et soutenir toutes les lois qui visent à renforcer notre droit fondamental à la sécurité.

Ensemble, pour notre territoire, notre bien commun.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire